Une mycose vaginale pendant la grossesse doit être traitée pour la santé de la future maman et celle de l’enfant. Mais quel traitement est le mieux adapté à une mycose génitale quand on est enceinte ?

Mycose vaginale pendant la grossesse, pas de traitement oral !
Pendant une grossesse, quand on souffre de mycose vulvo-vaginale, il ne faut pas prendre de traitement par voie orale, c’est-à-dire pas de comprimés ou de sirop, rien qui soit un médicament qui entre par la bouche. Pourquoi une telle interdiction quand on est enceinte ?
C’est qu’un médicament contre la mycose vaginale (ou tout autre médicament par voie orale) passe dans l’estomac, dans le duodénum, et arrive dans l’intestin grêle. A cet endroit, le médicament est alors absorbé par l’organisme et il passe dans le sang. Une fois dans le sang, il se répand dans tout l’organisme. Le risque est qu’il passe par le placenta et puisse atteindre l’enfant à naître. Le problème, c’est qu’il est impossible de tester les médicaments sur une femme enceinte pour voir si son enfant en souffre ou pas. On demande donc à toutes les femmes enceintes de prendre le moins possible de médicaments pendant la grossesse. Par précaution, pour protéger le bébé.

Mycose vaginale de la femme enceinte, les médicaments interdits…
Certains médicaments prescrits contre les mycoses vaginales sont donc interdits pendant la grossesse, par exemple, les médicaments par voie orale comme le Nizoral® (n’est plus disponible en France à cause du risque d’hépatites graves), le Daktarin®, ou le Triflucan®.

Mycose vaginale et grossesse, les traitements locaux interdits…

Pendant le premier trimestre d’une grossesse, quand une femme souffre de mycose vulvo vaginale, certains traitements locaux (crèmes, ovules, gels) ne doivent pas être prescrits à cause du manque de recul sur leurs effets secondaires indésirables. Il pourraient présenter, peut-être un danger pour l’enfant. Il s’agit par exemple du Gynomyk® (retiré du marché en France en 2010) Gynotrosyd®, ou encore du Monazol®.

Mycose vaginale pendant la grossesse, les traitements autorisés.

En général, le médecin prescrit un traitement local azolé (le nom chimique finit en général par azol) autorisé pendant la grossesse, pendant une durée de 7 à 14 jours. Il peut s’agir, par exemple, du miconazole, le plus sûr (Gyno-daktarin®) et autorisé pendant le premier trimestre, ou l’Econazole (Gynopévaryl®. Ce traitement peut comprendre un ovule gynécologique et / ou une crème à appliquer au niveau de la vulve.
Pour davantage d’informations sur les traitements qui soignent une mycose vaginale pendant la grossesse, vous pouvez lire notre article très complet. Il traite de tous les médicaments et les détaille.

Mycose vaginale, quelles solutions non médicamenteuses ?
Une mycose génitale pendant la grossesse, il faut la soigner, que les symptômes soient plus ou moins importants. Mais les médicaments antimycosiques ne sont pas la seule réponse au risque de mycoses gynécologiques. Les règles d’hygiène intime sont encore plus importantes pendant la grossesse, période à haut risque de mycoses vaginales. D’ailleurs, ce sont les mêmes habitudes à prendre qu’en dehors de la grossesse. Alors, quelles sont les règles d’hygiène pour éviter les mycoses ? Lire la suite…

Et la sexualité pendant la grossesse ? Éviter les mycoses !
Comment faire pour continuer à avoir des relations sexuelles en minimisant le risque de mycoses vaginales pendant la grossesse ? Lire la suite…

D’autres articles peuvent vous intéresser :
Mycoses vaginales pendant la grossesse, quel danger ?
Les traitements de mycose vaginale interdits pendant la grossesse (ou pendant le premier trimestre)

Grossesse, stop aux mycoses vaginales !
Sexualité, éviter le risque de mycose vaginale
Quelles pertes blanches pendant la grossesse ?

Vous avez déjà traité une mycose vaginale pendant une grossesse ?
Et cela s’est bien passé… ou pas vraiment. Quel médicament ? Quel résultat ? Pensez à nous laisser un message ci-dessous, en bas de la page, dans notre zone de forum. Cela pourra servir à d’autres que vous ! On vous demande un nom, mais vous pouvez laisser un pseudo ; on vous demande un mail, mais, mais il n’apparaîtra pas… Discrétion oblige…

Cet article a été rédigé par un médecin.

© infosanteonline 2013

D'autres articles vous intéressent :