Les prébiotiques sont utilisés pour prévenir les récidives de mycoses vaginales.

Ils stimulent la croissance et la bonne santé des lactobacilles, ces bonnes bactéries de la flore vaginale qui sont de véritables amies. Mais où trouver ces prébiotiques ? Dans l’alimentation ou en pharmacie !

Les mycoses vaginales sont surtout gênantes en cas de récidives. Des rechutes plus de 4 fois par an, suffisent pour que l’on dise que l’on  souffre de mycose vulvo-vaginale récidivante. Bien sûr, il existe des traitements médicaux antifongiques (antilevure), mais aussi d’autres traitements tels que les probiotiques ou prébiotiques. Quel est l’intérêt des prébiotiques ?

Les prébiotiques, c’est quoi ?
Ce sont des aliments bénéfiques pour les probiotiques. Ce n’est pas clair ? Il s’agit de produits dont le rôle est de favoriser, de stimuler la présence et la croissance des probiotiques. Or, les probiotiques vaginaux sont des lactobacilles, bactéries amies de la femme, formant la flore vaginale qui les protège contre les agressions des mycoses ou des vaginoses, donc contre des levures agressives, des bactéries agressives, et aussi des virus ou des parasites agressifs !
Ce sont donc des agents favorisant une bonne flore vaginale et diminuant le risque d’infections vaginales, de mycoses vaginales, de vaginites ou de vaginoses (infections vaginales bactériennes).
Les prébiotiques sont des fructo-oligosaccharides (FOS), des dextrines à base de courtes chaînes de glucose, des arabinogalactans à base d’arabinose, de l’inuline. Les prébiotiques sont souvent des réserves d’hydrates de carbones (sucres) des plantes.

Les prébiotiques, comment ça fonctionne naturellement ?
Les prébiotiques sont des éléments que nous mangeons, mais que notre tube digestif ne peut digérer. Ils arrivent donc intacts au niveau du côlon et c’est là que des bactéries vivantes et amies, les fameux lactobacilles, peuvent les absorber en tirer profit. Comme les prébiotiques sont de bons aliments pour les probiotiques, ils stimulent leur croissance et leur bonne santé. Attention, ils doivent stimuler la croissance des seules probiotiques (bonnes bactéries) et surtout pas celle des bactéries potentiellement toxiques sources de maladies ! Les prébiotiques doivent donc être spécifiques.
Pour revenir aux mycoses, vaginoses ou vaginites, les lactobacilles vaginaux protecteurs de la muqueuse vaginale, viennent du tube digestif qu’ils quittent par l’anus, voyageant sur la peau du périnée située entre l’anus et le vagin, pour venir s’installer dans le vagin. Là, ils jouent leur rôle protecteur. Avec de bons probiotiques dans le tube digestif, ces lactobacilles parviennent jusqu’au vagin en bonne santé et en bonne quantité. Ils forment la flore vaginale.

Les prébiotiques, à quel point c’est efficace ?
On sait qu’en présence de prébiotiques en quantité suffisante, les probiotiques sont en quantité bien plus importante : 300 % ! Soit trois fois plus. C’est donc intéressant, pour les femmes ayant une flore vaginale abimée, donc manquant de probiotiques.

Où Trouver des prébiotiques dans l’alimentation ?
Les prébiotiques se trouvent donc dans ce que nous mangeons. On les trouve dans des aliments tels que des légumes : l’ail, les poireaux, les oignons, les asperges, la chicorée, les endives, les artichauts, les topinambours ; les légumineuses : soja, lentilles, pois cassés, pois chiches ; des fruits : les bananes ; des céréales : le blé, le seigle, l’avoine, l’orge…
Avec une alimentation équilibrée, on arrive à avaler entre 3 et 11 grammes par jour de prébiotiques. Si l’on s’alimente mal à l’américaine, on n’aura comme apport qu’entre 1 et 4 grammes par jour. D’où une flore vaginale de moindre qualité.
Alors, si vous avez des infections vaginales à répétition, commencez par manger chaque jour au moins un aliment prébiotique.

Comment prendre des prébiotiques en complément par la bouche ?
Si cela ne vous sourit pas de vous nourrir de prébiotiques, vous pouvez en trouver sous forme de compléments alimentaires ou compléments santé. Ils sont disponibles par voie orale, ce qui leur permet de se développer dans l’intestin.

L’efficacité directe avec les prébiotiques par voie vaginale
Les prébiotiques peuvent aussi être utilisés par voie vaginale. Il s’agit de court-circuiter le trajet de plusieurs mètres par le tube digestif pour apporter directement les prébiotiques au niveau des lactobacilles du vagin. Alors là, bien évidemment, vous ne pouvez pas utiliser les prébiotiques de l’alimentation et introduire de l’ail ou des lentilles dans la cavité vaginale !
Quels produits utiliser ? En voici deux par exemple que vous pouvez acheter en pharmacie sans ordonnance.
Géliofil® : Il s’agit d’un gel vaginal à base de glycogène et d’acide lactique.
Serelys® : Un gel vaginal avec applicateur monodose, riche en acide lactique et en lactosérum.
Saugella Intilac® : c’est un gel vaginal à base de maltodextrine et acide lactique.
Lactacyd® : c’est un produit formulé pour la toilette intime contenant de l’acide lactique. Il est utilisé uniquement en externe. De ce fait, il est adapté pour la toilette intime, mais pas pour être utilisé en intravaginal.

Si vous connaissez un autre produit, dîtes-le nous !
Attention, ces produits ne peuvent être bénéfiques que si vous avez encore suffisamment de lactobacilles intravaginaux ! Ils en augmentent la quantité, mais ne peuvent pas en fabriquer à partir de rien.

C’est quoi le mieux, prébiotiques ou probiotiques ?
Impossible de répondre ! Les probiotiques en traitement apportent de bonnes bactéries. Mais quand on arrête le traitement, il n’est pas dit que ces bactéries du traitement persistent dans votre flore vaginale. C’est pourquoi les prébiotiques qui eux, vont nourrir votre propre flore personnelle, peuvent, en cures longues, se révéler, peut-être, plus efficace. En réalité, scientifiquement, on ne sait pas trop. Donc cela vaut la peine d’essayer comment votre corps réagit !

Les synbiotiques, du nouveau pour prévenir et soigner les mycoses vaginale ?
Un synbiotique, c’est un produit composé à la fois de prébiotique et de probiotique : les bactéries bénéfiques (probiotiques) sont associées à des aliments stimulant leur croissance (prébiotiques). Un produit de ce type semble exister :  Multigyn Floraplus (en doses à appliquer en doses intravaginales), mais nous n’avons trouvé aucune information sur sa composition, alors, l’info est sous toute réserve !

Et vous avez-vous déjà pris des prébiotiques ? Ou comptez-vous en prendre ?
Pensez à laisser un message ci-dessous en bas de la page dans notre forum. Cela pourra servir à d’autres femmes que vous ! On vous demande un nom, mais vous pouvez utiliser un pseudo. On vous demande un mail, mais il n’apparaîtra pas… Discrétion oblige !

Cet article a été rédigé par un médecin.

© infosanteonline 2013

Sources :
Gibson GR, Roberfroid MB. Dietary modulation of the human colonic microbiota: introducing the concept of prebiotics. J Nutr. 1995 Jun;125(6):1401-12. Review. PubMed PMID: 7782892. – See more
Tokunaga T. Novel physiological function of fructooligosachharides. Biofactors 2004;21:89-94 – See more at: http://www.jydionne.com/connaissez-vous-les-prebiotiques/#sthash.9X5yKrN0.dpuf
Jean-Yves Dionne : Connaissez-vous les probiotiques.
Virginie Rousseau : Évaluation d’oligosaccharides À effet prébiotique vis-à-vis de la microflore vaginale. (Thèse de doctorat de sciences) http://eprint.insa-toulouse.fr/archive/00000069/01/Rousseau.pdf

A lire aussi sur les probiotiques :
Tout sur les probiotiques par voie vaginale.
Les probiotiques par voie orale, en comprimés !
Le yaourt en traitement des mycoses vaginales, bonne ou mauvaise idée ?
Boostez votre immunité vaginale avec le zinc.

D'autres articles vous intéressent :