Peau noire, davantage de cancer de la prostate ?

Dr C. Solano médecin sexologue et andrologue.

On observe depuis longtemps que les cancers de la prostate sont plus fréquents et apparaissent plus tôt chez les hommes dont la peau est foncée. Mais à quel point est-ce prouvé ? 

Les hommes à peau foncée ont-ils davantage de cancers de la prostate ?

Il est vrai que les hommes afro-américains ont plus de cancers de la prostate que les blancs américains, et ces cancers apparaissent plus tôt.
De même, au Royaume-Uni, le risque d’avoir un cancer de la prostate est d’environ :
– 1 sur 8 (13,3 %, 13,2-15,0 %) pour hommes blancs,
– 1 sur 4 (29,3 %, 23,5-37,2 %) pour les hommes noirs,
– 1 sur 13 (7,9 %, 6,3-10,5 %) pour les hommes asiatiques. 

Peau noire ou métisse, davantage de décès par cancer de la prostate ?

De même, au Royaume Uni, les décès par cancer de la prostate sont d’environ
– 1 sur 24 (4,2 %, 4,2-4,7 %) pour les hommes blancs,
– 1 sur 12 (8,7 %, 7,6-10,6 %) pour les hommes noirs,
– 1 sur 44 (2,3 %, 1,9-3,0 %) pour les hommes asiatiques.

Ainsi, les hommes noirs vivant au Royaume-Uni courent deux fois plus de risques d’être diagnostiqués et de mourir d’un cancer de la prostate par rapport aux hommes blancs.

Cancer de la prostate plus précoce si la peau est noire ?

Chez les hommes à la peau noire le cancer de la prostate est en moyenne diagnostiqué 5 ans plus tôt…

Le cancer de la prostate est-il vraiment lié à la couleur de peau ?

Sans doute en partie, puisque dans le même environnement, des hommes à la peau foncée présentent davantage de cancers et plus tôt dans la vie.
Sans doute pas totalement, car il se peut que vivant dans un autre pays, le risque soit différent. En clair, le mode de vie occidental pourrait augmenter le risque de cancer de la prostate chez les hommes dont la couleur de peau est foncée alors que dans un autre environnement, cette augmentation n’existerait peut être pas.
D’autre part, il peut exister des facteurs environnementaux, comme aux Antilles où le risque de cancer de la prostate est plus élevé qu’ailleurs.

Au total, quand on sait tout cela, et quand on est un homme à la peau noire ou foncée et que l’on vit dans un pays occidental, il est fortement conseillé de pratiquer le dépistage du cancer de la prostate dès 45 ans afin d’être traité à temps en cas de besoin ! Même si l’on sait que, peut-être, en vivant ailleurs, en vivant différemment, le risque pourrait être différent…

©Doctical 2020

A lire aussi : 
– Cancer de la prostate, l’opérer, et après ? ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
– Cancer prostatique, quels symptômes ?
– A quoi peut bien servir la prostate ?
– Cancer de la prostate, c’est fréquent ? 
– Adénome de la prostate ou cancer de la prostate, pas les mêmes symptômes !
– Tous les médicaments pour la prostate

Sources :
– Harold Evelyn Taitt. Global Trends and Prostate Cancer: A Review of Incidence, Detection, and Mortality as Influenced by Race, Ethnicity, and Geographic Location September 11, 2018 https://doi.org/10.1177/1557988318798279 American Journal of Men’s Health
– T. Lloyd, L. Hounsome, A. Mehay, S. Mee, J. Verne and A. Cooper. Lifetime risk of being diagnosed with, or dying from, prostate cancer by major ethnic group in England 2008–2010 BMC Medicine (2015) 13:171 
DOI 10.1186/s12916-015-0405-5
– Karami S, Young HA, Henson DE. Earlier age at diagnosis: another dimension in cancer disparity? Cancer Detect Prev. 2007;31:29–34.
– Metcalfe C, Evans S, Ibrahim F, Patel B, Anson K, Chinegwundoh F, et al. Pathways to diagnosis for Black men and White men found to have prostate cancer: the PROCESS cohort study. Br J Cancer. 2008;99:1040–5.

– Photo : Cathy Yeulet   o

error: