Quand utiliser la pompe à érection ?

Dr C. Solano, médecin sexologue et andrologue
La pompe à érection est un ustensile sulfureux. Pourtant, c’est aussi et surtout un dispositif médical connu par les médecins sous le nom de vacuum. Alors quand l’utilise-t-on en médecine ?

La pompe à érection, pour déclencher une érection

On se sert donc de la pompe à érection lorsque les médicaments en comprimés comme le Viagra® (Sildenafil), Cialis® (Tadalafil), Levitra® (Vardenafil) ou Spedra® (Avanafil) sont insuffisamment inefficaces alors qu’on les a réellement bien testés (sachant que sans conseils d’un spécialiste, ces médicaments sont deux fois moins efficaces). Ce dispositif médical de pompe à érection est donc utilisé pour les hommes qui n’ont pas d’érection spontanée, même avec un médicament en comprimé, et cela, à cause du traitement d’un cancer de prostate, de vessie, du rectum ou du petit bassin, à cause d’un diabète, d’une maladie cardiovasculaire, d’un tabagisme, d’une maladie neurologique, de la prise d’un médicament toxique l’érection ou encore d’une maladie chronique entraînant un dysfonctionnement de l’érection.

En langage « populaire », on pourrait dire que la pompe à érection est efficace contre « l’impuissance », puisqu’elle permet d’avoir des relations sexuelles, même quand aucune érection ne survient spontanément ni même avec l’aide des médicaments en comprimés.

La pompe à érection, utilisation chez le médecin ?

Ce dispositif médical peut être proposé chez un médecin, avec un essai, afin de bien comprendre comment il fonctionne et surtout afin de pouvoir observer son efficacité avant d’investir pour l’acheter. En effet, une pompe de qualité coûte aux alentours de 350 €.

La pompe à érection, s’entraîner chez soi

Une fois qu’un homme est en possession d’une pompe à érection, il faut s’entraîner seul à l’utiliser. En effet, comme tout ustensile, il faut savoir s’en servir pour en retirer le meilleur. Plusieurs séances d’entraînement sont nécessaires pour comprendre comment monter et tenir l’appareil, comment bien faire le vide, comment bloquer l’érection pour qu’elle dure, comment ensuite, etc.

La pompe à érection et la masturbation ?

S’entraîner chez soi, ce n’est pas forcément uniquement apprendre à trouver la bonne technique pour déclencher cette érection. C’est aussi, tout simplement, profiter d’observer une belle érection et de se sentir serein. Et puis, c’est aussi pratiquer la masturbation si l’on en a envie !

La pompe à érection comme rééducation du pénis

La rééducation des corps érectiles, disons la rééducation sexuelle, peut se faire après une opération où le chirurgien a enlevé la prostate et/ou la vessie, après radiothérapie du petit bassin ou tout simplement après un temps sans aucune érection. En effet, cette pompe à érection permet de redonner leur élasticité aux tissus érectiles, et d’éviter qu’ils ne se fibrosent et se rétractent. Cette pompe à érection permet donc de conserver ou de retrouver une longueur naturelle du pénis qui a pu se raccourcir si ses tissus se sont fibrosés.
C’est comme un exercice d’étirement ou un streching du pénis !

La pompe à érection avant un rapport sexuel

Bien sûr, la pompe à érection peut s’utiliser avant ou pendant une relation sexuelle. Elle permet d’obtenir une érection de très belle qualité et d’avoir un rapport de pénétration chez presque tous les hommes qui savent bien se servir de cette pompe à érection et qui en possèdent une de qualité.

La pompe à érection, où en trouver une de qualité ?

Nous avons trouvé pour vous l’importateur qui distribue la pompe à érection fabriquée par Timm Medical aux Etats-Unis. C’est pour nous, la meilleure sur le marché.

Pourquoi cette pompe à érection est mieux que les autres ? Peut-être parce qu’elle a été mise au point par un homme qui souffrait d’un important problème d’érection et qui voulait le meilleur matériel possible pour continuer à profiter de la vie avec sa partenaire !

Où trouver le vacuum Osbon Erecaid de Timm Medical  (boutique) ?

A lire aussi :
Le vacuum, pour retrouver l’érection sans médicaments
Des patients témoignent